Partagez | 
 

 certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



» billets achetés : 32

MessageSujet: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Lun 27 Oct - 4:24

Ce rp est susceptible de contenir des scènes qui pourraient choquer un public non adapté. Bande de voyeurs que vous êtes.

la fumée toxique s'élevait du bout incandescent de ma cigarette, se transformant, se métamorphosant, prenant des formes différentes chaque fois. on aurait pu y voir, comme dans les nuages, des formes animales, mais ce dessin était presque trop éphémère pour être reconnu. je la portais une fois de plus à la bouche, tirant une latte dessus, expirant la fumée, et fit tomber la cendre dans le cendrier que j'avais demandé la veille, prévu à cet effet. je l'avais encore fumée jusqu'au bout. andrew m'aurait tuée en l'apprenant. mais il n'était pas ici, avec moi, alors qu'importe. il ne saura pas.

j'écrase le mégot et me laisse tomber sur le lit. malgré mes quelques heures de sommeil, l'euphorie et l'ivresse de plaisir sont toujours présentes. c'est mieux que l'exta ça. je crois qu'à part la danse, je n'ai jamais autant plané. je me resserre contre le corps de mon amant. enfin. c'est un bien grand mot. il est beau c'est indéniable. il me tourne le dos, enroulé dans le drap, mais je sais, je l'ai vu, qu'il est aussi nu que moi en dessous.  il ne porte rien. cette idée ne devrait plus rien me faire, ni rougir -ce qui n'arriva pas, bien heureusement. je n'était plus une gamine, bon sang !- ni naissance de désir. reprenant la gestuelle de la chanson "la ptite bête qui monte", je laissai mon index et mon majeur explorer ce dos musculeux offert à moi. ce n'était pas un geste de tendresse ou quoi que ce soit. on ne pouvait pas vraiment dire qu'il y en avait beaucoup entre lui et moi. c'était plus à qui dominerait l'autre. il y avait plus sain comme relation, mais on s'amusait, alors pourquoi changer ? mon portable était éteint dans la poche de mon pantalon qui gisait à terre. pas d'andrew ce matin. il ne savait pas réellement où j'étais et avait déjà compris que je n'étais pas revenue de ma fameuse soirée. mais je ne peux pas lui parler d'erys. c'est mon petit secret. on a tous besoin d'avoir nos secrets pour survivre. et andrew a beau être mon frère et mon colocataire, il n'a pas besoin de connaître le nom des hommes avec qui je m'amuse, et encore moins ceux, qui, comme erys, me revoient dans leur vie. un courant d'air froid passe et je remonte le drap sur mon corps dénudé. ma main lassée de caresser son dos, retombe sur le lit, comme inerte. je regarde le plafond, cherchant le moindre défaut de peinture ou la moindre fissure.

j'aimerais qu'il se réveille pour m'amuser à essayer d'avoir le dessus verbalement parlant. je m'ennuie. chez lui, quand il dort, tout est calme, presque vide. c'est pour ça que je n'aime pas les maisons de riches. ce sont juste des musées. l'âme de la demeure est aussi figée que le reste. ses domestiques sont trop silencieux. je me redresse sur un coude et effleure du bout des lèvres le suçon que je lui ai fait la veille. il a les yeux ouverts. hello.


Dernière édition par Lucy Blake le Lun 27 Oct - 7:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 80

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Lun 27 Oct - 6:56



   
   Erys & Lucy
   Viens là, tigresse.

A
près cette nuit de folie partagée avec Lucy, il fallait que je récupère un peu. C'est bien beau de vouloir profiter de la vie et de ses bienfaits... Le sommeil en faisait parti. Avec Lucy, ce n'était pas la première fois. La raison, c'est parce que c'était un jeu entre nous. Nous étions entrés dans une véritable guerre des sexes. Tous les deux, nous étions des êtres dominants, et non dominés. Alors ça explosait quand nous étions à deux. Et en m'endormant hier soir, j'avais gagné. Je savais donc qu'en me réveillant ce matin, elle voudrait se venger - comme toujours.

Je sentais l'odeur de sa cigarette. J'aimais quand elle fumait, elle était vraiment sexy. Je l'imaginais un sourire se créa sur mes lèvres. Je prenais vraiment du plaisir avec elle, c'était un de mes jouets préférés. Elle vint se coller contre moi et je tournais le dos. Fallait pas croire qu'elle trouverait de la tendresse à mes côtés. Ou même que je réalise ses envies. Elle voulait simplement me réveiller pour en finir. Elle passa ses doigts sur mon dos. J'avais envie de me retourner et de la plaquer contre un des murs de la pièce mais, ce serait lui faire trop plaisir. Je gardais les yeux ouverts. Elle se lassa et arrêta.

Enfin, elle tenta maintenant de poser ses lèvres sur un des suçons de la veille. Elle vit mes yeux ouverts. hello lança t-elle. Je savais que sous les draps se cachait son corps de déesse. Et pourtant là, il ne me faisait aucun effet. Tu as toujours besoin de moi, hmm. concluais-je au fait qu'elle venait de vouloir me réveiller. J'avais ce sourire narquois qui ne me quitte jamais. Je relevais la tête sur les oreillers, me mettant sur le dos, un bras derrière la nuque. Tu veux pas te remettre à fumer et te balader là devant moi nue ? Tu sais que j'aime ça. ajoutais-je comme un roi à sa maîtresse.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 32

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Lun 27 Oct - 7:56

avoir besoin de toi ? oh que non et tu le sais très bien. si j'avais besoin de quelqu'un pour satisfaire mes désirs, j'irais voir ailleurs ce serait plus simple. mais je refuse de laisser quelque chose d'inachevé. je refuse de partir sans avoir gagné un seul round. entre nous c'est ainsi depuis le début. une sorte de règle officieuse s'est installée. celui qui gagne dort plus longtemps que l'autre et fait sa première demande. ensuite tout s'enchaîne. je suis libre d'y accéder ou non. me lever et passer devant lui, complètement nue, en fumant ma cigarette ?

non. sors de ta cachette d'abord. j'aime te voir avant et tu le sais. je tire sa portion de drap vers moi pour lui faire comprendre ce que j'entends par ces mots. je veux le voir d'abord. nous avons tous les deux grandis dans le luxe et à ce que je sais, il aimait que son père soit fier de lui. c'est certainement pour ça qu'il ne pourra jamais y avoir la moindre romance entre nous deux. nous nous ressemblons bien trop. l'amour c'est comme en chimie. un couple d'électron se repoussera toujours. on ne verra jamais deux dominants ensemble, pour une relation durable. je descends légèrement le drap, d'un geste naturel, laissant deviner ma poitrine. il est sur le dos, son bras glissé derrière sa nuque, ses pectoraux négligemment laissés à ma vue. je n'ai pas besoin de lui. je veux juste gagner. à n'importe quel prix. mais j'ai besoin d'un plan. tous nos préliminaires se basent sur une succession d'idées pour vaincre l'autre lors de cette partie là. du dos de l'ongle de mon index, je caresse le sillon creusé par la musculature de ses pectoraux. je fais ça pour qu'il cède le premier. hors de question que je perde deux fois de suite, plutôt mourir. je ne l'embrasse pas. pas encore. les baisers sont réservés à un stade plus avancé. nous sommes tous les deux déterminés, têtus et capricieux. sa demande ne m'aurait pas dérangée si ça avait été un autre. si ça avait été un simple jouet d'un soir. mais pas venant de lui. je ne voulais pas qu'il remette le sujet sur la table par sous-entendus. car l'autre avait complètement le droit de narguer son partenaire lorsqu'il le croisait la journée, en lui rappelant sa défaite précédente.

je lui adresse un sourire, pas vraiment narquois, mais un sourire en coin, celui que j'arbore lorsque je suis sûre de gagner et qu'il ne me reste plus qu'à placer un seul pion pour vaincre. je m'approche de son oreille et je susurre : ne serait-il pas raisonnable d'accéder à ma demande pour que j'en fasse de même. bon compromis non ? je le tutoie, contrairement à certaines autres filles. mais j'ai le privilège d'être venue ici plus d'une nuit. parce que j'ai compris que malgré ce qu'ils prétendaient les hommes aiment qu'on leur résiste. ça les rend fous, et c'est tellement plus drôle alors !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 80

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Lun 27 Oct - 8:36



   
   Erys & Lucy
   Viens là, tigresse.

J
e savais qu'elle résisterait. Sinon, ce n'était pas drôle. Elle ne se laissait jamais faire si facilement, c'est ce que j'aimais chez elle. Qu'elle ne soit pas comme toutes ces nanas qui seraient prêtes à faire tout ce que je leur demande pour qu'elles aient une chance de m'exciter. Elles n'ont jamais rien compris ces nanas-là. Lucy avait parfaitement compris. Elle voulait gagner sa partie, et semblait sûre d'elle, comme toujours. Mais je ne me laisserais pas faire non plus. Je levais un sourcil. Tu as besoin de moi pour gagner. affirmais-je.

Je ne bougeais pas d'un cil. Je la regardais. Elle voulait que je sorte des draps. Pas question. Tu ne réalises pas mon désir crois-tu vraiment que je vais réaliser le tien? dis-je la laissant passer son ongle entre mes muscles et faire glisser le drap de sa belle poitrine. Le truc avec elle, c'est qu'il y avait un lendemain. Une pique devant tout le monde, au détour d'un bar ou d'un tour dans une librairie. Elle me rappellerait chaque détails de nos soirées, tous les jours. Il fallait tout contrôler, encore plus avec elle, parce que c'était une guerre de contrôle. Elle voulait me contrôler, là maintenant. Je la regardais, amusé. On ne s'embrasserait pas avant un moment, c'était après le premier craquage, ça.

Elle vint susurrer à mon oreille; laissant sa poitrine tout près de mes lèvres. Je tournais la tête pour laisser mon souffle chaud se propager sur sa poitrine, entre ses seins. Tu sais très bien que tu ne m'auras pas comme ça, Lucy. soufflais-je. Puis je relevais ma tête vers son visage, laissant quelques millimètres entre ses lèvres et les miennes, laissant mes yeux bleus plonger dans ses yeux marrons brillants. Ne laisse pas cette mèche obscurer ton visage, quand tu te baladeras devant moi. dis-je faussement impliqué, dégageant une mèche de son visage avec mon sourire narquois. Ce n'était pas si facile que ça, il ne fallait pas croire. Et puis tu pourrais être déçue, tu n'es pas encore au point où tu m'excites, belle tigresse.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 32

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Lun 27 Oct - 10:32

Ce souffle comme une brise aurait dû me faire frissonner. Mais c'est ce que tous les hommes d'aujourd'hui veulent ça. une belle poitrine toute à leur disposition, une fille qui frissonnerait sous la moindre de leurs caresses. j'étais comme ça au début, mais plus maintenant. maintenant, je retiens mes frissons. surtout avec erys, qui pourrait le relever, une fois de plus. il pourrait en profiter pour essayer de me faire craquer. pour parvenir à me faire flancher, à me faire me pavaner nue devant, lui, clope au bec. mais il a raison. je dois trouver un meilleur compromis.

je me tourne un instant, attrape une cigarette et mon briquet sur la table de nuit, glisse ma clope entre mes lèvres et l'allume. je me retourne vers lui en faisant attention à ne pas le brûler. ce serait dommage d'abîmer ce joli visage. il n'a qu'une partie e ce qu'il désire et je me doute bien que ce sera également mon cas. mais ce sera peut-être suffisant. je n'ai pas complètement gagné, mais pas complètement perdu non plus. c'est un vrai compromis cette fois. je ne suis pas déçue, chéri, mais amusée. c'est tellement plus amusant de te voir mentir. il ne ment peut-être pas. à vrai dire je n'en sais rien. mais il n'aurait qu'une seule manière de me le prouver et ainsi j'aurais gagné. je me régale toujours de la vue de son corps d'apollon. il n'y a rien de mieux pour se mettre en appétit. je souffle l'élégante fumée sur le côté et lui tend ma cigarette. tiens. c'est bien la seule chose qu'il obtiendra de moi sans demander. mais il sait qu'une demande se cache en dessous. il est intelligent. je tire une dernière latte pour apaiser tous besoin en nicotine et la lui retend. c'est un baiser par procuration, en quelque sorte. d'être aussi près de lui, de savoir le long moment qui nous attend, ça fait naître en moi quelque chose de délicieux, une sensation que j'adore, et dont je me délecte. la naissance du plaisir au creux de mes reins, me prévenant de ce qui risque de suivre lorsque l'un de nous deux aura pris le dessus. mais je fais taire cette rumeur qui envahit mon corps. je ne céderais pas tant que je n'aurais pas eu ce que je demande. les pulsations de mon cœur reprennent un rythme normal – à peine un peu trop rapide. ce n'est pas un quelconque amour entre nous, non. ce n'est qu'une passion charnelle et dévorante. et dont je ne peux me passer. j'ai besoin de ça comme de la danse pour vivre, comme un drogué a besoin de sa came.

la fumée danse au-dessus de nos têtes, lascive et langoureuse, s'enroulant sur elle même et s'étendant vers le plafond. la fenêtre est légèrement entrouverte pour ne pas que nous étouffions et c'est bien la seule raison valable, autre mon ambition à avoir le dessus pour ne pas sortir des draps. je gagnerai. c'est comme quand j'étais gamine. je le veux et je l'aurais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 80

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Lun 27 Oct - 11:07



   
   Erys & Lucy
   Viens là, tigresse.

E
lle avait compris qu'elle ne m'aurait pas de cette manière. C'était bien trop facile. Mets toi nu et je le ferais. Non. Elle voulait voir si elle m'exciterait, il n'en est pas question. Même si je me contrôle très bien de ce côté là. J'ai appris à le faire. Je ne craque qu'au tout dernier moment, l'ultime. Alors elle reste là près de moi et allume une cigarette histoire de dire tu vois tu as la moitié de ce que je veux, comme moi. Cela me fait sourire et elle me la passe, je prends une taffe et la lui rend. Encore une fois, histoire de dire on s'embrasse mais de loin. C'était nous, ça. Les deux âmes qui se cherchent dans une excitation dévorante. J'adorais cela, c'était comme une drogue. Un sentiment indescriptible qui vous envahit et vous enivre.

Tu crois vraiment que je mens? demandais-je avant de prendre la dernière taffe. J'écrasais la cigarette dans le cendrier sur le chevet. Le symbole à y voir c'était j'ai toujours le dernier mot. Je me retournais vers elle en souriant de côté, ce sourire narquois quand j'ai une idée derrière la tête. Tu sais très bien que tu n'as pas encore le contrôle. Je prenais son poignet entre mes doigts. Tout ça s'agite bien trop. dis-je parlant de ses battements de coeur. Il y avait toujours une faille, il fallait la trouver pour faire craquer. Je faisais montrer mes doigts le long de son bras, jusque son épaule. Je mettais toutes les mèches en arrière de son buste et je caressais le haut de son buste, jusqu'à effleurer sa poitrine. Je ramenais mes doigts, le pouce sur ses lèvres et mes autres doigts autour de son cou. Tu divagues, ma chère. dis-je en souriant.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 32

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Lun 27 Oct - 13:58

il écrase ma cigarette avec un geste tout à fait calculé, avec un accent certain dans son mouvement. je déteste quand il fait ça. c'est encore pire que les mots susurrés des autres, ces « tu m'appartiens » impensés et impensable. cette soi-disant preuve de son entêtement, je la haïssais. il voulait écraser ma volonté comme on écrase une cigarette. mais je ne comptais réellement pas te laisser faire. qu'il aille au diable. peut-être. peut-être pas. j'en sais rien à vrai dire. en tout cas, si tu ne mens pas, tu ne résisteras pas bien longtemps. tu le sais.

je déteste ce sourire narquois. je ne le supporte pas. c'est signe qu'il pense à quelque chose, et que moi-même, je serais bien incapable de deviner quelle idée il a en tête. il entoure mon poignet de ses doigts, comme le ferait un médecin qui prendrait mon pouls. j'ai horreur des médecins. ils disent tous la même chose. j'ai une vie qui comporte trop d'excès, ce n'est pas bon. je fume trop, je respire de mauvaises fumées avec mon frère, même si j'ai horreur de l'odeur de ses joints, je travaille trop, et ce que je fais le soir, je le fais trop souvent pour que ce soit bon. mais je m'en fous. je vis ma vie à 200%. je m'amuse. et tant pis si je meurs. sa main remonte le long de mon bras, jusqu'à mon épaule, qu'il dégage de mes cheveux et sur le haut de ma poitrine. je dois me contrôler. mon corps tente de relâcher ce frisson, que j'enferme, que je garde prisonnier dans mes muscles trop tendus. je ne lui ferais pas ce plaisir de lui montrer à quel point je le désire. je veux gagner avant tout, et je gagnerai. sa main se pose dans mon cou, et son pouce sur ma lèvre. je pose ma propre main sur la sienne. un geste tel que celui là aurait été tendre si c'eût été entre deux amants ressentant quelque chose de plus grand que nous. mais je ne fais ça que pour soulever ses doigts un à un et rejeter cette paluche entre nos deux corps, sur les draps blancs. je respire calmement. je dois calmer mon cœur qui commence à s'affoler malgré tout, allant de pair avec le désir qui semble avoir décidé de prendre possession de mon corps. il est hors de question que je cède. je n'ai pas besoin de lui. je n'ai besoin de personne. je ne divague pas. mais il suffirait que je descende ce drap pour que tu te mettes à divaguer, alors, je ne pense pas que tu sois en mesure de parler, darling. je suis plus forte. ne fais pas celui qui l'ignore je fais attention à chacun de mes mots. je ne dois laisser voir aucune faille. il sait comment faire tomber les filles à ses pieds, mais moi je me bats. je me bats contre ma nature, contre lui. je suis prête à tricher, à mentir pour gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 80

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Mer 29 Oct - 9:18



   
   Erys & Lucy
   Viens là, tigresse.

J'
y étais presque. Elle était tellement tendue, je le sentais en prenant son poignet dans ma main. Je souriais. Elle avait encore un manque dans son contrôle. J'adorais ça. Parce que de nuit en nuit qu'on passait à deux, elle apprenait à se contrôler. Un jour, elle m'aurait. Mais ce n'est pas pour aujourd'hui. Elle était un peu comme mon apprenti sexuelle. Qui dépasserait bientôt le maître. J'étais au meilleur du contrôle certes mais, quand elle aurait le niveau, elle a un corps tellement sexy que je finirais pas craquer, et ce serait très excitant.

Elle crois que je ne résisterais pas longtemps. Je m'allonge comme juste avant, laissant mes abdos sortir du drap. Les bras derrière la tête. Elle tentait de se contrôler, je le voyais, dans les poils qui se dressent que sa peau, dans la force de ses muscles. Tout est tendu, tout. Tout est beau, même sa poitrine. Elle me menace, elle est sur les nerfs. Je levais un sourcil. Eh bien, fais le, si c'est ce qu'il faut pour me faire craquer. Là on verra si je suis en mesure de parler, chérie, et si tu es si forte que ça. Oh j'en doute quand même, pardonne-moi. lui dis-je le sourire toujours présent. J'avais choisi de la pousser à bout.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 32

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Mer 29 Oct - 14:15


il sourit. je devine qu'il a repéré la tension dans mes muscles, mais je préfère me l'infliger plutôt que de lâcher prise et de faire comme les autres, de me contenter de frissonner comme si c'était ma toute première fois. il arque un sourcil. me fait part de ses doutes. il remet ses bras sous sa nuque et scrute le plafond. le drap est descendu et laisse entrevoir ses abdos. j'aimerais mordre ses lèvres, mais non, je retiens cette pulsion en moi. il est hors de question que je craque la première. alors je descends le drap, laissant mes seins à sa vue. le tissu descend encore jusqu'à mon bas-ventre. je fais glisser mes doigts sur ses muscles, abdominaux, pectoraux, biceps. je ne me montrerais pas plus tant qu'il ne me désire pas. ma main glisse le long de son ventre musclé, glisse sous les draps et se perd sur le haut de ses cuisses. je ne touche rien d'autre ; ma main remonte déjà. je la pose entre nos deux corps. j'aimerais, qu'il craque, qu'il cède à la tentation. j'aimerais gagner. mais je sais qu'il en faudra certainement plus. il s'y connaît bien trop pour ça. mais pour l'instant, j'attends. je guette la moindre réaction de son corps avec un sourire. ce petit sourire en coin que je me plais à arborer.

mais je cache bien vite ce sourire sous une moue boudeuse, prenant un air plaintif, faussement désespérée. tu te contrôles trop. c'est parfaitement injuste. et pour ponctuer ma phrase, je me retourne dans le lit, laissant le bas de mes reins exposé. si j'en profite pour lui laisser le doute d'une bouderie enfantine -même si je ne pense pas qu'il me croira, il sait très bien que je ne suis pas enfantine à ce point là-, c'est en réalité pour calmer mes nerfs et mes pulsions. ces choses que j'ai du mal à retenir. je laisse ce frisson tardif et presque invisible parcourir mon corps. je ne pouvais pas le garder enfermé en moi plus longtemps. je fixe le mur face à moi, et le paquet de cigarettes. j'en ai fumé une et demi à seulement quelques minutes d'intervalle, je n'en veux plus. et puis soudain, tous les murs que je m'entête à poser dans mon esprit pour me barricader cèdent. je me retourne soudainement, pose mes mains de chaque côté de son corps, et reste en suspens au-dessus de ses lèvres si attirantes. elles ne se touchent pas, mais elles sont proches, dangereusement proches. il faut que je me contrôle. il faut que je filtre le moindre de mes désirs. je suis dans un moment très délicat, ou le moindre geste pourrait me faire perdre. il y a des soirs et des matins où je gagne, et je veux qu'aujourd'hui en fasse partie. nous en sommes plutôt à égalité avec erys, il a peut-être une ou deux victoires d'avance sur moi. question d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 80

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Dim 2 Nov - 12:59



   
   Erys & Lucy
   Viens là, tigresse.

E
lle avait fait tellement de mouvements en quelques instants. Elle était perturbée. Elle avait passé sa main sur mon ventre, le haut de ma cuisse. Oh ces choses là, ça faisait longtemps que j'avais appris à prendre sur moi. Je la regardais, avec le même sourire qu'elle arborait. Mais elle l'abandonna vite. On se demandait pourquoi. Ou pas. Elle en avait marre que je ne craque pas, et elle était bien trop têtue pour craquer elle même. Elle m'amusait. Je l'adore. Je garde mon sourire alors qu'elle me tourne le dos, laissant le creu de ses reins à vue. Je la regarde. Elle a un corps somptueux, je ne peux pas dire le contraire. Elle espère que je m'approche. Je n'ai pas le temps de prendre une décision qu'elle arrive sur moi d'un coup, laissant moins d'un millimètre entre nos lèvres. C'est soit elle, soit moi là. Elle sait comment faire pour arrêter le suspens. Ou pas.

Son geste un peu rapide avait fait glisser le drap, je voyais la moitié de ses fesses. Je laissais un doigt se balader de son cou, à son épaule, au creu de sa colonne vertébrale, je frôlais ses fesses. Tu te laisses faire on dirait... Vas y. Qu'est-ce que tu attends..? soufflais-je en la regardant dans les yeux. Puis je baissais les yeux vers sa bouche. C'est ce qui donne envie. Pas seulement à moi, mais à elle. On ne se touche pas, à part mon doigt, qui peut la rapprocher de moi à tous moments..
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



» billets achetés : 32

MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   Mer 19 Nov - 11:38

il y avait ses yeux qui dérivaient sur mon visage, le détaillant, l'observant se plongeant dans mes prunelles, s'attardant sur mes lèvres. il y avait sa main qui se baladait dans mon dos, passant sur le point où je retenais captif le moindre de mes frissons - le creux de mes reins-, et qui vint effleurer la courbe de mes fesses. il y avait ses lèvres, attirantes et si proches des miennes, entrouvertes, laissant passer un léger souffle, comme le murmure de la tentation. j'étais têtue. je voulais gagner, coûte que coûte. pourquoi, diable, était-il si sexy ? je ne le saurais probablement jamais. je ne frissonne toujours pas, mais mon désir augmente à chaque battement de mon coeur qui s'emporte

j'enroule mes jambes autour des siennes et les verrouille solidement. il m'a déjà fait le coup de se retourner et d'échanger les places, et, par accident j'avais rejoint ses lèvres. alors là il en était hors de question. on était si proches l'un de l'autre que je pouvais sentir son haleine mentholée, qui se mêlait agréablement à son parfum de marque à l'odeur typiquement masculine : du musc. mes mains se baladent sur tout le haut de son corps, sans exception. je laisse glisser mon index sur cette partie sensible du corps des mâles. je ne suis plus gênée par ce morceau de chair. je ne rougis plus en le voyant. l'anatomie des hommes m'est familière et ne me fait plus grand chose...
il me souffle ces quelques mots, qui devraient me faire céder. mais ils ne font qu'accroître mon ambition. "darling, franchement... m'aurais-tu confondue avec une de ces petites bourgeoises que tu mets si aisément dans ton lit ?" je ne suis pas jalouse de ces filles et c'est pour ça que j'adore cette relation. tout est dit, il n'y aura rien d'autre et il n'y aura jamais de problèmes de confiance, de jalousie ou de possessivité. je ne lui appartiens pas, pas plus qu'il ne m'appartient. lorsque nous en aurons terminé, je me doucherai, me rhabillerai et partirai travailler, sans le moindre regret. je ne suis pas une de ces pathétiques filles qui n'attendent qu'une chose : qu'on les retienne depuis le pas de la porte. j'achèterai probablement à manger en revenant de la danse.
mes lèvres effleurent très légèrement les siennes. c'est involontaire, je sais pertinemment bien que ça n'a plus aucun effet sur lui. pour qu'il me désire il faudrait que je me pavane, là, avec une cigarette. puis il me demanderait autre chose puis encore d'autres désirs. je ne me soumettrais pas. plutôt mourir. je laisse ma main courir sur son torse avec un petit sourire. il est bien trop beau par rapport à son âme. je ne doute pas qu'il aie autant été perverti par le luxe que moi.

je fais glisser le drap complètement. de toute manière il ne recouvrait plus grand chose et la chaleur de nos deux corps qui se rejoindront nous suffira probablement. je prends une grande inspiration et ferme les yeux un instant. quand je les réouvre je redessine les traits de son visage du dos de l'ongle sans le griffer pour autant. j'ai laissé assez de marques attestant de mon passage dans son dos. "quelle idée de t'avoir fait sexy, franchement..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]   

Revenir en haut Aller en bas
 

certains se noient dans l'alcool, nous on se noie dans nos nuits fauves (+) ft. erys [HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Modiano, Patrick] Dans le café de la jeunesse perdue
» Thierry VIMAL - Dans l'alcool
» le tableau dans le film (nous doit la vérité)
» TERRESTRES: conservation en alcool
» Les Malgré-nous de la Waffen SS durant la bataille des Ardennes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOOD LUCK. :: 
CHICAGO
 :: 
hyde park
 :: 
jackson street.
 :: 
maison d'erys.
-